Les civils et soldats dans la Bataille de Normandie

En poursuivant votre parcours au 1er étage, apparaissent sous vos yeux des images poignantes illustrant la complexité des rapports entre les civils et les soldats alliés.

En 87 jours de campagne, plus de 2 millions de soldats alliés, plus de 438 000 véhicules, plus de 3 millions de tonnes d'équipements et de ravitaillements ont été débarqués en Normandie.

Au total, dans les régions libérées, on compte environ quatre soldats pour un seul habitant… Une telle concentration humaine n’est pas sans provoquer quelques tensions.

En dépit des bombardements, qui ont détruit de nombreuses villes normandes à plus de 75% et entrainé de nombreuses victimes civiles, la population normande exprime sa gratitude aux troupes alliées venues les libérer.

À la joie de la Libération, succèdent la méfiance et l’incompréhension.

La présence d'armées en opération bouleverse la vie des populations qui fuient les combats. Lors des premiers jours après le Débarquement, l’accueil réservé aux Alliés est prudent : les civils craignent le retour des Allemands et redoutent des représailles pour ceux qui ont sympathisé avec les Alliés.

De leur côté, les militaires alliés sont également sur leurs gardes et se montrent méfiants envers les civils. Ils craignent la présence de déserteurs ou d'espions ennemis.

Le Mémorial de Falaise s’attache à illustrer cette cohabitation entre civils et soldats qui s’avère aussi surprenante qu’inédite.

+