L’histoire du territoire

La cité natale de Guillaume le Conquérant a toute légitimité pour relater cette facette de l’Histoire.

La ville de Falaise figure parmi les villes normandes très durement éprouvées par les bombardements de l’été 1944. Dans les décombres fumants de Falaise détruite à 80%, morts et blessés se comptent alors par centaines.

Son nom reste également attaché à l’épisode militaire décisif d’août 1944 qui voit les troupes allemandes prises en étau dans la poche de Falaise-Chambois. Cette opération met un terme à la Bataille de Normandie qui, pendant les cent jours qui suivirent le Débarquement allié, opposa deux millions de soldats au milieu desquels tentaient de survivre un million de civils.

Le Mémorial de Falaise est un projet de territoire, et au-delà. « Nous avions depuis longtemps le sentiment que notre territoire n’était pas à la hauteur de son histoire. », expliquent Eric Macé, maire de Falaise, et Jean-Marie Gasnier, Président la Communauté de Communes (CDC) du Pays de Falaise au moment de la naissance du projet.

Les élus locaux ont souhaité que ce projet ambitieux s’efforce d’atteindre un certain équilibre économique et qu’il ne pèse pas outre mesure sur les finances locales : la CDC, porteur du projet, et son partenaire, la ville de Falaise, apportent chacun un million d’euros, soit un peu moins de la moitié d’un budget initial de 4,1 millions d’euros, tandis que l’État, le département du Calvados et le Conseil régional de Basse-Normandie contribuent à parts égales (700 000 euros chacun) dans le reste du montage financier.

Le Pays de Falaise peut désormais revendiquer fièrement les deux grandes composantes de son histoire : la vie et le règne de Guillaume-le-Conquérant ainsi que le quotidien de sa population civile durant la Seconde Guerre mondiale.

+